Mouvement du Nid

19 novembre 2016

Scandale Vivastreet : un pavé dans la mare du proxénétisme en ligne

Une entreprise florissante dont les bénéfices reposent en toute impunité sur l’exploitation de la prostitution d’autrui, c’est l’histoire indigne exposée ce samedi 19 novembre 2016 par l’émission Secrets d’info, sur France Inter. Le Mouvement du Nid se réjouit de l’irruption en place publique d’un "secret de polichinelle" qu’il dénonce depuis des années : les proxénètes connaissent toutes les ficelles d’internet et l’utilisent pour accroître leur business d’exploitation et de violence.

60% des personnes prostituées sont désormais proposés aux “clients” par le biais d’Internet, détaille Christine Blec, secrétaire générale du Mouvement du Nid.
C’est l’estimation fournie par notre enquête Prostcost publiée en 2015, et il correspond à ce que nous avions repéré dans notre travail de terrain : aujourd’hui, la majorité de la prostitution est en ligne.

Si Vivastreet est constamment cité par les personnes que nous rencontrons, les annonces de prostitution sont relayées par de multiples canaux -sites dits érotiques, forums de "clients"... Vivastreet, exemplaire par l’ampleur des bénéfices et le volume de petites annonces disponibles - plus de 7000 accessibles chaque jour ! - fait figure de chef de file d’une kyrielle de profiteurs. C’est l’outil rêvé pour les réseaux proxénètes qui l’utilisent pour y placer leurs victimes, déplacées de ville en ville.

Les personnes venues de leur propre chef déposer une annonce pour vendre des actes sexuels, sur Vivastreet et ses concurrents, ne sont pas épargnées pour autant. Elles passent d’abord à la caisse - les annonces de type "rencontres adultes" sont en général payantes - puis découvrent qu’elles doivent payer pour faire effacer des commentaires insultants, apparaître en bonne place sur les premières pages, sous peine d’être invisibles, n’ont aucune maîtrise des photos et des vidéos d’elles-mêmes qu’elles ont éventuellement diffusées...

L’énormité des profits réalisés par Vivastreet est d’autant plus scandaleuse comparée à la faiblesse des moyens disponibles pour aider les personnes prostituées désireuses d’en finir avec cette situation, qui vivent un quotidien de violence extrême, s’indigne Jacques Hamon, président du Mouvement du Nid. Le système prostitutionnel brasse d’énormes sommes d’argent, récoltées sur le dos des victimes. Nous exigeons des mesures à la hauteur pour permettre la réparation de leur préjudice.
Aujourd’hui, il n’est plus possible d’ignorer le caractère proxénète d’un site comme Vivastreet. Le patron du site backpage.com, l’homologue américain de Vivastreet, fait d’ailleurs face depuis octobre 2016 à des poursuites pour proxénétisme pour des faits similaires. Le Mouvement du Nid étudie aujourd’hui la possibilité de déposer plainte contre Vivastreet.

CONTACT PRESSE
Claire Quidet, porte-parole du Mouvement du Nid - 07 69 22 12 25

Réseaux sociauxFBTweet

Nos vidéos