Mouvement du Nid

Affiche

"L’esclavage est aboli. Et la prostitution ?"

"L’utopie est la réalité de demain."
Victor Hugo

En 1998, à l’occasion du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage, le Mouvement du Nid souligne la valeur politique et humaniste de ce tournant crucial dans l’histoire de l’humanité. Parce que des gens se sont levés, un jour, pour dire non à l’esclavage, il n’a plus été possible de le considérer comme un fait banal.

Parmi les adversaires de Victor Schoelcher [1], combien lui ont répété : "on ne peut rien faire pour empêcher l’esclavage ; ça a toujours existé !"

Sur l’affiche, on voit des chaînes qui figurent l’enchaînement des circonstances, le processus insupportable qu’il faut rompre, l’enfermement des personnes. L’extrémité de ces chaînes n’est pas visible : on ne voit pas où elles vont et ce qu’elles enferment dépasse les seules personnes représentées. Comme si elles entravaient une société entière en broyant les individus.

Ces personnes, on ne voit que les contours de leur visage, leurs traits ne sont pas visibles. Hommes et femmes sont confondus. La prostitution est anonyme et aveugle : les individus, dans leur singularité y deviennent des marchandises interchangeables pour leurs "négriers", les proxénétes, et leurs "exploiteurs", les clients de la prostitution.

Un graphisme soigné pour une composition frappante, en noir et blanc, où le rouge soutenu du logo du Mouvement du Nid suggère une échappatoire.

[1Homme politique français (1804-1893), à l’origine du décret d’abolition de l’esclavage, 27 avril 1848

Réseaux sociauxFBTweet

Nos vidéos